Le 03/09/2015

imageAimez-vous la danse ?

Livre de Claude Colson édité en numérique et papier par les éditions Hélène Jacob (juin 2014).

Résumé :

Quand, lors d’un congrès de policiers, un ex-flic à la retraite rencontre une spécialiste en biologie, la vie de tous deux va se trouver profondément modifiée. Chacun mène jusque-là de son côté une existence peu satisfaisante et bientôt, près de Nice, une idylle s’instaure.
Tout semble aller pour le mieux.
Pourtant Jean-Pierre Delsault, l’inspecteur en question, est bientôt rattrapé tant par des soucis liés à son âge que par le surgissement inattendu de son passé professionnel.
Il va alors, utilisant ses relations, imaginer et mettre en œuvre sans faillir une solution peu banale qui lui permettra de maîtriser tous ces problèmes à la fois, en une sorte de pirouette imprévisible et surprenante.

Quelques avis :

Avis de Gisélec : « Claude Colson sait nous parler des rencontres amoureuses. Cet auteur, si tendre et sentimental, nous entraîne à nouveau vers des rêves d’amour vrai ! Il nous invite à une danse où rêve et vérité n’ont rien de contradictoires. L’amour peut arriver, puisqu’on y croit, puisqu’on le cherche, puisqu’on le veut, puisqu’on l’attend…Alors, oui, cette danse, on l’aime..Elle fait glisser les pas au-dessus de la finitude des jours ordinaires.
A chacun sa danse! Même si les cœurs hésitent, emportés par une étrange valse de circonstances, même si les corps se heurtent à l’implacable tempo du destin, la danse se poursuivra…trépignante de vie.
La chute du récit est inattendue, élégante comme un pas de tango renversé, furtive comme une révérence…Elle clôt à merveille cette escapade entre vie et mort si bien rythmée. Bravo ! C’est à lire ! »

Avis de O. Lecouteux : « « Aimez-vous la danse » de Claude Colson est un livre qui se lit dans un souffle.
Le personnage principal, attachant et opaque, manipule gentiment ceux qui l’entourent de très près comme de loin. Il mène le bal, dirige l’orchestre avec brio et il faut attendre la moitié du roman pour sentir que, mine de rien, ça va « tourner au vinaigre ».
Plus on avance en lecture et plus les personnages gagnent de l’ampleur et de la profondeur.
Pourquoi et surtout comment, l’inspecteur Delsault va – t-il se sacrifier sur l’autel de la passion?
Vous le saurez en suivant « les danseurs » du récit de Claude Colson qui progressivement, soulève le voile, avec précaution. L’histoire relatée dans un style soigné et contrôlé dans les moindres détails, nous laisse pantois!
Dire que « tel est pris qui croyait prendre » serait trop facile pour ce roman ou la vie et la mort valsent à chaque page, au point d’en perdre la boule. Un sacré bon moment de lecture

Avis de Manou Fuentes : Je trouve que cet homme à la retraite qui devient amoureux à quelque chose de naïf qui est très émouvant. Sa figure se détache avec une grande noblesse des autres. Au fur et à mesure le personnage s’ennoblit en s’effaçant pour épargner les autres ( son fils et le personnage féminin). Il s’oublie pour leur laisser la place.

L’écriture simple et sans détour de l’auteur met en évidence le caractère sincère et naturel du héros et nous laisse percevoir sa profonde humilité. L’intrigue policière débouche sur une fin qui prend le lecteur à contrepied. Ce livre se lit aisément, d’une seule traite. Un plaisir de lecture. Merci.

 

 

Publicités